Biographie : Vanessa Paradis

Vanessa Paradis

> BIOGRAPHIE
De loin, très loin, à la radio, sur un écran, dans un bar… Souvent là. Fantasmée et inconnue. Une voix, une image. Vanessa Paradis fascine. Parcours unique : Roda-Gil / Langolff, Gainsbourg, Kravitz, les grands espaces intimistes de Bliss… Virages serrés, succès populaires et le courage du contre-pied. Aujourd’hui, son cinquième album. Sept ans depuis le dernier. Presque une éternité. Association de mots, qui dégage une petite musique, Divinidylle en guise de titre. Pourquoi ? «Pourquoi pas», répond malicieusement Vanessa. 

Fidèle, elle a fait appel aux amis. Il fallait que le plaisir soit ici total. Travailler dur en toute confiance. Le talent et le coeur. Indissociables. D’abord, Matthieu Chedid. Bien sûr. Sur Bliss déjà, une belle complicité les avait réunis sur quelques titres. Sur Divinidylle, Matthieu est tour à tour réalisateur, compositeur mais aussi guitariste et chanteur.

Vanessa : « On a travaillé une première soirée, en novembre 2005, pendant laquelle Matthieu a arrangé une des chansons que j’avais composées et il l’a sublimée. Le lendemain, on a passé une soirée en studio, Frank Monnet est venu et il a écrit deux textes en deux heures. Tout d’un coup, ce n’était pas seulement de la musique mais des chansons. C’était l’une de ces soirées magiques qui durent très tard. C’est là que j’ai dit à Matthieu qu’on allait faire le disque ensemble. Après, pendant un an et demi, j’étais surtout à Los Angeles, très occupée. La conception de cet album s’est faite dans des conditions idéales : passer dix jours à travailler et pouvoir ensuite laisser passer deux mois jusqu’à la prochaine session, ça permet un recul rare. En plus, il y avait le manque. Quand on se retrouvait, il y avait une telle énergie, une telle joie d’être ensemble !»

Patrice Renson à la batterie, Jérôme Goldet à la basse et Albin de la Simone aux claviers. L’enregistrement a lieu essentiellement au studio Labo M, à Paris. « Au départ, il y a eu beaucoup de lâcher prise dans tous les domaines. On a essayé beaucoup de choses. L’avantage de travailler avec des gens que l’on connaît depuis longtemps, c’est qu’on n’était ni timide, ni impressionné. On s’est tout dit, on n’a pas tout essayé mais presque. On était tous là vraiment au service de la musique. Tout le monde. » La fameuse philosophie du « lâcher prise », si chère à Matthieu. L’instinct prime. On se lâche. Entre amis. Puis vint le temps de la réflexion. Production, mixage. Au final, quinze morceaux voient le jour, l’album en retiendra onze. Onze petites histoires qui voient loin. En français dans le texte. Côté instruments, c’est autre chose. On a traversé la Manche et l’Atlantique. Sans quitter la Capitale. Sur le single, Divine Idylle, on débute au c?ur des sixties, les Temptations, les mains qui claquent, la basse ronde, la guitare de Matthieu qui ondule, pour doucement glisser vers un rock très actuel. Trois décennies traversées en moins de trois minutes ! Chet Baker, écrite par Jean Fauque, est née en une demi-heure. Une chanson qui permet d’être triste. En sachant que tout va repartir dans la minute qui suit. Mélodie aérienne, où les larmes coulent sans gravité. Les Piles, écrite et composée par Thomas Fersen, est un duo entre Vanessa et Matthieu. Un peu comme si le Iggy Pop de « Passenger » revendiquait, débonnaire, son goût de la paresse. « Cette chanson, c’est un pur moment de fainéantise. Quand Thomas me l’a envoyée, ça m’a fait rire et ça m’a donné envie de la chanter… Un texte ne doit pas forcément te ressembler pour que tu aies envie de l’interpréter… Même si ça m’arrive d’être léthargique sur un canapé… De temps en temps, ça fait du bien.» Surtout, la voix de Vanessa Paradis privilégie désormais les épices au sucre. 

Elle flirte avec les graves comme jamais. Pour le meilleur. Énergie de groupe. Un vrai disque pop. Oui. Plus simple, plus épuré, plus mystérieux aussi. Dès Que J’Te Vois est une chanson ludique, très dansante, à la mélodie ensorceleuse. Une ode à la rencontre cérébrale qui s’adresse au bassin et finit en transe climatique. Les Revenants, elle, parle « des gens bien pensants, bien dans le format et qui regardent les autres, différents. » C’est une balade à la fois féline et apaisée, où la batterie et la guitare emmènent vers des territoires vierges. Titre sensuel et mystérieux, proche de Tom Waits. Junior Suite, sur une musique d’Alain Chamfort et un texte de Didier Golemanas, traite de la solitude, de la perte des repères, « de quelqu’un qui est seul, qui ne sait plus trop qui il est. Et qui veut que ça s’arrête. C’est Albin de la Simone qui lui a donné toute sa force. » Piano et voix. Comme un jour qui se lève sans rien promettre ni condamner. Vanessa frappe le coeur, Dany Elfman n’est jamais très loin. L’Incendie dévoile sa petite ritournelle amoureuse, où les flammes s’étendent à chaque nouvelle note. Un brasier qui conduit à Irrésistiblement, musique de Matthieu et texte de Brigitte Fontaine, l’histoire d’une fille qui guette l’arrivée de son amoureux…L’attente, le désir, l’excitation. La Bataille, avec quelques ombres ici et là, est un rock furieux, rapide. « J’en suis fière de ce morceau ! C’est la première chanson rapide que j’ai écrite. » 

La Mélodie, première chanson apportée par Vanessa à Matthieu, est un reggae. Sur un texte de Franck Monnet. Un reggae qui envoûte, servi par des claviers décalés. Une façon pas comme une autre de rappeler que ce disque s’est fait sur un an et demi. Au rythme du plaisir, toutes les saisons sont passées…Et les guitares posées ici et là, les discussions fleuves et les disques qui tournent. Des petits bouts de vie. Les seuls qui comptent. Jackadi : « On l’a enregistré en été, pieds nus, à la campagne, Matthieu à la guitare, Patrice a fait les choeurs... Une nuit, à 3 heures du matin, on l’a faite en live. C’était plutôt pour s’entraîner. Mais on l’a finalement gardée, une prise, un micro! Vincent Segal a fait un violoncelle après en studio, parfait. » Une chanson comme un conte avant de dormir. Il fallait cet écrin collectif, cette connivence avec une petite famille d’artistes, pour que Vanessa retrouve le chemin d’une inspiration qui, d’un disque à l’autre, reste singulière. Mais si « Divinidylle » revêt l’innocence et le charme troublants qui caractérisent sa musique depuis toujours, ce nouvel album marque surtout son retour à une énergie fièrement pop.

> DISCOGRAPHIE
- Albums
1988 : M&J avec Étienne Roda-Gil et Franck Langolff. Extraits: Joe le taxi, Marylin et John, Maxou, Coupe Coupe, Mosquito.
1990 : Variations sur le même t'aime avec Serge Gainsbourg. Extraits : Tandem, Dis-lui toi que je t'aime, L'amour en soi.
1992 : Vanessa Paradis avec Lenny Kravitz. Extraits : Be My Baby, Sunday mondays, Just as long as you are there, Natural high.
1994 : Vanessa Paradis Live. Extraits : Les cactus, Gotta have it.
2000 : Bliss avec Matthieu Chedid, Alain Bashung & Franck Monnet. Extraits : Commando, Pourtant, Que Fait La Vie.
2001 : Vanessa Paradis au Zénith. Extraits : L'eau à la bouche, Walk on the wild side.
2007 : Divinidylle avec Matthieu Chedid, Brigitte Fontaine, Franck Monnet et Thomas Fersen. Extraits : Divine Idylle, Dès que j'te vois , L'incendie.

- Participations
Bande originale du film Atlantis (1991) composée par Eric Serra : "Time to get your lovin'" (en duo avec Eric Serra)
Bande originale du film Le Petit Poucet (2001) composée par Joe Hisaishi : "La lune brille pour toi" (chanson de fin). Il existe une version française et une anglaise de la chanson
Bande originale du film Atomik Circus composée par Little Rabbits (avec Vanessa au chant sur 6 morceaux)
Le Soldat Rose (2006), conte musical de Louis Chedid et Pierre-Dominique Burgaud : "Made in Asia"

- Films
1988 : Noce blanche de Jean-Claude Brisseau, avec Bruno Cremer.
1995 : Élisa de Jean Becker, avec Gérard Depardieu, Clotilde Courau et Philippe Léotard.
1997 : Un amour de sorcière de René Manzor, avec Jean Reno et Jeanne Moreau.
1998 : 1 chance sur 2 de Patrice Leconte, avec Alain Delon et Jean-Paul Belmondo.
1999 : La fille sur le pont de Patrice Leconte, avec Daniel Auteuil.
2004 : Atomik Circus, le retour de James Bataille de Didier et Thierry Poiraud, avec Benoît Poelvoorde.
2005 : Mon ange de Serge Frydman.
2005 : Pollux, le manège enchanté (Voix) de Jean Duval.
2007 : La Clef de Guillaume Nicloux.

- Distinctions
1990 : César du cinéma du meilleur espoir féminin pour Noce Blanche.
1990 : Victoire de la musique de l'artiste interprète féminine de l'année.
1990 : Prix Romy-Schneider
1991 : Victoire de la musique du vidéo-clip de l'année pour Tandem, réalisé par Jean-Baptiste Mondino.
1999 : Nomination aux César du cinéma de la meilleur actrice pour La fille sur le pont.
2001 : Nomination aux NRJ Music Awards de l'artiste féminine francophone.
2001 : Nomination aux NRJ Music Awards de l'album francophone pour l'album Bliss.
2007 : Nommée au grade de chevalier dans l'ordre des Arts et des Lettres.
2008 : Nomination aux NRJ Music Awards de l'album français pour l'album Divinidylle.
2008 : Nomination aux NRJ Music Awards de la chanson de l'année pour Dès que j'te vois.
2008 : Nomination au Trophée des Femmes en Or dans la catégorie spectacles.
2008 : Victoire de la musique du groupe ou artiste interprète féminine de l'année.
2008 : Victoire de la musique de l'album de chansons/variétés de l'année.