Fête de la musique 2007 : Chut !

Publié le par MusicBlock

"Et si le meilleur moyen de défendre la musique était le silence ?"

Voilà le maitre-mot de l'action de Christian Olivier, du groupe les Têtes Raides. Il a imaginé faire du silence un des éléments clés des festivités 2007. Le but est de se sensibiliser quelque part à la musique : savoir si nous l'écoutons toujours autant, ou pas ? La musique, vous en trouvez dans les bureaux, les cafés, supermarchés, parfois le métro, la télé etc ... Mais l'écoutons-nous vraiment ? ou fait-elle partie du décor ?  C'est pour cela qu'il a décidé de s'associer à la Fnac par exemple afin de mettre en avant le silence. Ce silence que nous entendons parfois, avant la première note d'un morceau, à la dernière note du morceau, ce silence qui permet souvent de mettre en avant ce qu'il précède ou suit. il fait lui même partie intégrante de la musique. C'est pour cela que tous ensemble, à certains moments du 21 juin prochain ... "CHUT !"

Partout en France, sur une vingtaines de scènes extérieures montées par la Fnac, la soixantaine d'artistes jouera le jeu et sera amené à certains moments à couper le son. Le but :  notre rapport à la musique à l'heure où celle-ci est confronté à de profondes mutations et aux nouvelles technologies.

A partir de début juin, la Fnac, premier disquaire de France, va héberger sur son site le blog Chut ! qui permettra de donner son opinion sur ces différentes questions, débats etc ...

Parce qu'il est encore plus agréable de reprendre l'écoute de musique après avoir goûté quelques instants de silence, répondons à l'appel lancé par Christian Olivier.

Publié dans France

Commenter cet article

Bob Wander 12/06/2007 14:31

La musique ne peut exister sans silence. Les pauses mettent en valeur les notes. De ce point de vue l'action suit simplement une logique musicale. Les questions posées sont honorables. Je regrette néanmoins que ce soit q'une action de marketing de plus pour une enseigne qui ne favorise pas forcement les (petits artistes). Nombreux sont ceux qui ont plein de talent et n'arrivent pas à se faire entendre correctement. Alors ils se trouvent des réseaux alternatifs (Internet ou autre) et c'est pas mal. Mais cela ne résolu pas le problème de base. La reconnaissance de l'artiste tout court. Pour beaucoup de monde l'artiste est encore toujours un feignant et un parasite de la société. "Un profiteur" (puisque les heures que le musicien travaille chez lui pour se perfectionner et devenir encore meilleur musicien, ne se voient pas). Combien de fois le musicien doit accepter des spectacles payés au noir, et ce avec des cachets inférieurs au SMIC? Est-ce que parce qu'il aime son métier, qu'il devrait se contenter d'avoir la possibilité de jouer devant un public souvent inattentif, demandant le dernier tube d'un chanteur connu plutôt que d'écouter les compos propres du musicien?
Ce n'est pas évident tout ça, et j'hésite d'aller jouer gratuitement et de sonoriser gratuitement d'autres musiciens le 21 juin puisque cette demande émane d'un UCIA, qui se dit ne pas avoir des ressources pour payer un musicien, mais qui en même temps veux bien profiter de la présence de plein de bonnes volontés pour faire gagner de l'argent aux commerçants. Où est le HIC?